mercredi 20 juin 2018

Ce qui détruit

Je ne pensais pas pouvoir être détruite tel un château de sable, c'était une erreur.

Je ne pensais pas ne pas pouvoir aider une gamine du voisinage violée par son père, c'était là aussi une erreur.

Pire qu'une erreur une horrible blessure, je ne sais comment dire, cette enfant est violée depuis au moins 3 ans, je le sais, les gendarmes le savent, les éducateurs le savent, mais sans preuve? Pas de preuve.

On ne peut ni filmer le domaine public et encore moins entrer dans une propriété privée, même si on sait qu'un crime s'y perpétue, il faudrait que j'invente des cris. Les crimes les plus abominables ne font pas de bruit, l'enfant se tait et le gars ? BEURK

Je commence peu à peu à accepter l'inacceptable et comment faire autrement?

J'ai juste envie que mes yeux deviennent une kalach et tuent ce type abominable, mais je sais que cela ne se peut.

Alors je tente de survivre à défaut de vivre.

Je sais que personne ne peut comprendre et ou accepter à quel point ne rien pouvoir faire pour sauver des gamines quand on est prête à soulever des montagnes est terriblement destructeur, mais c'est ainsi.

Ces enfants sont et seront violées par leur père, mais elles ne diront rien et leur mère non plus, pas de preuve? pas de preuve.

Il n'y aura probablement pas de drame, elles rateront leurs vies, minables, ce sont des sans dents, et s'il y a drame, peu de risque qu'il soit médiatisé, et s'il l'est? Des parents éplorés.Beurk


6 commentaires:

Le chêne vert a dit…

Je te comprends, tu le sais bien… Chez moi aussi, dans mon village, quelques drames (autres) et nous n'y pouvons rien. Des enfants violés, des couples qui se dévorent, des espoirs déçus.
La seule chose qui pourrait être faite serait un prélèvement de tissus avec identification mais impossible évidemment sans le consentement et de l'enfant et des parents. Une autre chose serait de pouvoir discuter avec la gamine, pas toi, tu es brûlée mais peut-être l'infirmière du collège. Est-elle au courant ? Ne peux-tu la contacter (si tant est qu'il y ait une infirmière) ? Le but serait de la convaincre qu'elle risque plus pour sa vie future en ne faisant rien. Ou alors, y trouve-t-elle du plaisir ?

Anonyme a dit…

Je suis de tout cœur avec toi, mais sans pouvoir rien faire. Je te comprends, tu voudrais aider, et tu ne peux rien, ça te ronge de l'intérieur. Courage; N'ayant jamais vécu situation similaire, je ne peux rien dire, simplement, malgré tout, protège toi ! et tes enfants sont là pour passer cette mauvaise période, qui dure, qui dure...

La gamine rencontrera peut être un copain, qui va lui faire prendre conscience...
Courage...
Françoise

Gilbert Keith Chesterton a dit…

Prétendre être enceinte et refuser d'avorter?

Ladywaterloo a dit…

L'infirmière du collège est au courant et a dit" On essaie de le coincer, et on ne peut pas" Au moins la petite jeune fille est suivie autant que faire se peut, dans l'état de la loi actuelle

Anonyme a dit…

Lady Waterloo, il y a un moment que je n'étais pas allé sur votre blog, pensant, vu les événements, que vous aviez laissé sagement tomber ! Ce que vous vivez ou plutôt ce qu'une malheureuse vit autour de vous est terrible et hélas de tout temps ! Près de chez moi, à la campagne il y a de cela des décennies, un drame semblable eut lieu. Quelques hommes, jeunes et moins jeunes ont, d'un commun accord, attendu le monsieur en question et lui ont cassé la gueule, pas trop juste assez pour qu'il prenne peur ! Il me semble me rappeler que les gendarmes furent au courant mais qu'ils ne purent retrouver les auteurs de... disons la leçon ! Alors la loi actuelle est mal faite, est-elle si étonnante vu qu'à la tête de l'Etat, il n'y eut apparemment aucune poursuite face à un cas de délit, osons le reconnaître surtout lorsqu'on fut prof, qui aurait dû être sanctionné ? Veuillez m'excuser de la longueur de cette réponse, tenez bon et bon courage moralement et physiquement à vous et votre entourage.

Anonyme a dit…

J'ai été en couple il y a quelques années avec une jeune femme que j'ai cru pouvoir accompagner; une jeune femme ayant vécu l'horreur d'une tournante avec des étrangers. Protégez-vous un mininum et remettez au plus tôt son cas à des professionnels. L'amour et le don ne peuvent pas toujours tout, et les êtres, s'ils ont été rendus trop faibles, ont tôt fait de succomber à des penchants mauvais voire pervers, et retourner la violence contre eux-mêmes et ceux qui leur marquent de l'attention et les aiment cat les prenant pour des faibles comme ils ne veulent se distinguer de l'ancienne image d'eux qu'ils leur renvoient.
Quand c'est sans issue, la correction(très)sévère à l'encontre des gros salopards. Avant, ça avait cours à la campagne.