dimanche 31 août 2014

L'Allemagne ce géant aux pieds d'argile.

L'UE se tire une balle dans le pied en soutenant l'Ukraine et en votant des sanctions contre la Russie.




Les situations sont variées au sein de l’UE, tous les pays n’étant pas aussi dépendants vis-à-vis de la Russie en termes d’approvisionnement. En effet, la France a diversifié ses approvisionnements en ne privilégiant aucun pays fournisseur et en développant sa filière GNL alors que son voisin l’Allemagne importe 43% de sa consommation depuis la Russie. Les pays de l’ex-URSS quant à eux, en raison de leurs liens historiques forts avec la Russie, sont dépendants à plus de 86% en moyenne de cette dernière pour leur consommation de gaz naturel. Gasinfocus





L'Allemagne dépend étroitement de la Russie pour son approvisionnement en gaz naturel, l'économie allemande ne peut fonctionner que si ses importations sont suffisantes, régulières et à un prix acceptable.

Si la Russie décidait d'augmenter les tarifs de ses exportations de gaz, l'UE subirait la plus forte récession économique depuis 70 ans. Poutine le sait, Angela Merkel aussi mais curieusement Hollande qui supplie l'Allemagne d'augmenter sa croissance afin de jouer son rôle de locomototive de l'UE et pire Barroso semblent vouloir l'ignorer. 20mn





Les guerres ne se font pas toujours sur les champs de batailles, et les batailles cachent parfois d'autres intérêts.

Les US ne peuvent qu'encourager l'UE à défier les Russes car cela affaiblit l'Europe et la Russie et  que tout ce qui affaiblit ses concurrents les renforcent.

Comme sous Napoléon ou durant la dernière guerre mondiale, la Russie espère que le général hiver lui fera remporter le conflit.

Une bonne politique voudrait que l'on sache exactement où sont nos intérêts et que l'on ne se laisse plus manipuler par notre Oncle Sam, fut il sympathique. Les agriculteurs français subissent déjà les choix détestables de notre politique en étant frappé par l'embargo russe, j'espère que la raison prévaudra pour la suite de ce conflit et que les européens se désintéresseront complètement de l'Ukraine.

Dès les évenements de Maïdan et les interventions extérieures,  russes et occidentales, le sort de l'Ukraine était scellé. La partition de l'Ukraine se fera, demain ou plus tard, mais personne ne veut se lancer dans un conflit majeur car des populations russophones ne veulent pas subir le joug d'un gouvernement anti-russophone, en effet, une des premières décisions de ce gouvernement puschiste fut d'interdire l'emploi de la langue russe, pourtant majoritaire dans ces régions, cette décision, symbolique, fut lourde de conséquences.

La carte ci-dessous représente le candidat arrivé en tête dans les districts électoraux lors de l'élection présidentielle de 2010.
En bleu, les districts gagnés par le pro-russe Viktor Ianoukovitch, en jaune ceux gagnés par Ioulia Tymochenko, alors Première ministre de centre-droit et pro-européenne:

                                                                                                          Slate

Si le pragmatisme prévalait, nous ne nous en serions pas mêlé, et  aujourd'hui, continuer à soutenir l'Ukraine ne fera qu'accentuer nos difficultés avec les russes, livrer des armes à l'Ukraine multiplier les victimes des deux côtés des belligérants.

Angela Merkel le sait bien et tentera une fois encore de peser de tout son poids pour que l'UE ne prenne pas de décisions qui vont à l'encontre de son intérêt, et de surtout de l'intérêt de tous les européens.

Qui a intérêt de voir éclater une guerre contre les Russes? Ni  nous, citoyens de l'UE, ni les russes, ni les ukrainiens.



7 commentaires:

Ladywaterloo a dit…

J'ai réactivé la modération des commentaires, je suppose que cela ne surprend pas grand monde.

Ce blog est de plus ne plus lu, à ma grande surprise, d'ailleurs et les articles dérangeants trop suscitent des réactiosn d'une violence parfois inouïe.

Tout le monde peut étenir un blog, je conseille donc à ceux qui sont furieux que je puisse écrire de telles horreurs, des propos immonde et nauséabonds d'ouvrir leur propre blog et de s'y exprimer.

Il est évident que les commentaires "normaux" seront tous publiés, qu'ils soient en accord ou pas avec ce que j'affirme (parfois à tort, si, si^^)

Bon dimanche à tous :)

Ladywaterloo a dit…

La Russie est loin d’être mêlée à un conflit à grande échelle. Nous ne le voulons pas et nous n’avons pas l’intention de l’être. Mais naturellement, nous devons toujours nous tenir prêts à repousser toute agression contre la Russie. Les partenaires de la Russie doivent comprendre qu'il vaudrait mieux qu’ils ne nous cherchent pas d’histoires.

Dieu merci, je ne pense pas que quiconque ait l‘intention de déclencher un conflit de grande échelle avec la Russie. Je souhaite vous rappeller que la Russie est l'une des plus grandes puissances nucléaires. »

Cette déclaration, c’est celle que le président russe Vladimir Poutine a faite lors d'une visite à un camp de jeunes, près de Moscou.

Il leur a expliqué que la prise de contrôle de la Crimée avait été ordonnée pour protéger la population à majorité russophone de la violence du gouvernement ukrainien, et que les combats permanents des séparatistes pro-russes en Ukraine orientale étaient dus au refus de négocier de Kiev.

Poutine semblait très à l'aise et il a répondu aux questions des élèves au sujet de la démographie et de l'histoire. Mais il s’est assombri en évoquant le conflit Ukrainien, et il a accusé les Etats-Unis et l’Europe d’avoir organisé la destitution «inconstitutionnelle» de l'ancien président soutenu par Moscou, Viktor Ianoukovitch, en faveur d'un gouvernement pro-européen. Il a expliqué que l’Ukraine de l’Est n’avait pas accepté cette destitution et qu’elle était maintenant soumise à des « forces militaires brutes », des avions, des chars et de l’artillerie du gouvernement ukrainien.

« S’il s’agit là de valeurs européennes contemporaines, alors je suis déçu au plus haut point ». Le dirigeant russe a comparé l'opération militaire actuelle de l'Ukraine avec le siège nazi de Leningrad pendant la Seconde Guerre mondiale.

L'Express be
http://www.express.be/joker/fr/platdujour/poutine-ne-cherchez-pas-dhistoire-a-la-puissance-nucleaire-quest-la-russie.htm

Christine a dit…

pour répondre abruptement à la dernière question :
l’intérêt c'est celui de l'UE/USA/OTAN et in fine Monsanto deere et Dupont.
cf http://www.oaklandinstitute.org/walking-west-side-world-bank-and-imf-ukraine-conflict

ça semble assez logique quand on se souvient des sécheresses des dernières années aux USA (Californie notamment) et en Russie.

francoise a dit…

je fais l'autruche, et j'ai peur...

Martine a dit…

Et oui, les pays qui disent non aux centrales nucléaires importent des mines de charbon ou autres des pays producteurs.
Oui aux centrales nucléaires, on a pas le choix, à moins de couvrir tout le pays entièrement avec des éoliennes ou des panneaux solaires, tous deux très peu producteurs d'énergie!!

francoise a dit…

combien de lectures par jour ?

Ladywaterloo a dit…

En ce moment? Plus de 2000 pages vues/jour, mais c'est récent et énorme, je ne pense pas que cela durera et ne changerai en rien ma façon de tenir mon blog.